L’intelligence relationnelle


  • Accueil
  • > Non classé
  • > Les 7 raisons pour lesquelles les bonnes résolutions de la rentrée partent en fumée…
« | Accueil

Les 7 raisons pour lesquelles les bonnes résolutions de la rentrée partent en fumée…

Ah, la rentrée !

« Cette année, c’est décidé, on se met au sport ».

« Cette année, on ne fera pas comme l’année dernière. Cette fois, c’est sûr je me prends en main »

Parties sur les chapeaux de roues, nos bonnes résolutions passent rarement le cap du trimestre, pourtant, on était motivé…

 

1 – Une idée sympathique, mais pas d’actions concrètes

« Mon travail ne me satisfait pas, je tourne en rond, je vais chercher ce qui me correspond mieux professionnellement » Plusieurs mois plus tard, Sylvie a fait des recherches sur internet, en a discuté avec ses copines, mais rien ne se dégage vraiment pour son avenir et finalement range cette idée dans un tiroir.

C’est un beau projet, ambitieux, mais si vaste que le risque est grand de se perdre avant d’atteindre son but. Un plan d’action, avec des étapes intermédiaires, des actions concrètes et un calendrier sera un bon fil rouge à suivre.

2- Une décision mentale, sans lien avec ce qui compte réellement pour vous

« C’est décidé, je me mets au régime » Le mariage de son amie Céline est dans 2 mois et Fabienne veut absolument rentrer dans cette robe bleue qu’elle a vue en vitrine. Elle ouvre son sachet protéiné, en lorgnant sur la côte de bœuf fumante de son mari. C’est aussi son plat préféré. Mais non, elle a de la volonté, elle y arrivera ! Jour après jour, elle trouvent que les sachets ont de moins en moins de goût, et puis, ce n’est pas grave si de temps en temps, elle chipe un gâteau au petit…Les semaines passent et l’aiguille sur la balance ne bouge pas beaucoup, ça l’énerve. Et les enfants sont particulièrement pénibles en ce moment, sans compter son mari qui s’y met lui aussi…Fabienne se bat contre elle-même et tyrannise tout son monde. La robe bleue, ça ne sera pas pour cette fois.

Qu’est-ce qui est vraiment important pour Fabienne ? Que veut-elle précisément ? Faire un régime n’est pas un but en soi. Rentrer dans une robe n’est pas non plus un but suffisamment mobilisateur pour suivre un régime contraignant. Alors, que souhaite-t-elle ? Se plaire, plaire à son mari, faire sensation le jour du mariage de son amie, soutenir la comparaison avec ses amies ce jour-là, ou ??

Est-ce plus important que d’avoir le plaisir de savourer un bon plat, de la partager avec sa famille dans un climat joyeux ? Ce qui a de l’importance, ce qui a de la valeur pour soi, s’évalue au niveau des tripes et pas de la tête. Connaître ses valeurs de références, c’est connaître les véritables ressorts de sa motivation et de son énergie.

 

3- Je ne veux plus…

« Ça serait bien si j’arrêtais de grignoter en rentrant à la maison le soir » Très bien, c’est un bon début, vous savez ce que vous voulez éliminer. Mais la nature a horreur du vide. Si vous ne grignotez plus, qu’allez-vous faire à la place ? Fumer ? Boire ? Ou passer votre temps à penser qu’il ne faut pas manger ?

C’est là qu’il faut définir ce que vous voulez, bien plus que ce que vous ne voulez plus. Notre ordinateur intérieur est très performant lorsqu’on lui indique clairement la direction. Tel le chauffeur de taxi qui s’enquiert de votre destination, vous avez tout à gagner à lui indiquer où vous voulez aller. Sans quoi, vous risquez de vous retrouver à Cancale, ou Camphin-en-Pévèle !

 

4-  Les freins de notre culture, de notre éducation, de nos vérités

« Il faut toujours que je pense aux autres. C’est à moi de me faire plaisir maintenant » dit-elle en ayant un petit pincement au cœur.

Le pincement au cœur, le petit poids dans le ventre sont des signes auxquels on ne prête parfois pas attention. Pourtant, ils nous signalent que nous ne sommes pas totalement en accord avec ce que nous faisons. D’un côté, on veut ceci et en même temps, il y a cela qui s’y oppose. Ce sont des conflits qui engagent nos désirs et notre éducation par exemple. Alors, on ignore le signal de cette lutte intérieure, et on continue…sans avoir vraiment le peps pour aller jusqu’au bout et la satisfaction finale.

 

5- Les virus de pensée

« Ça doit être bien de faire cela, on en parle partout, à la télé, dans les magazines, Boire son cubi d’eau minérale, prendre ses gélules multi compléments super plus, être riche, belle et célèbre, etc.… » Et surtout consommer pour être heureux, ça doit être vrai, puisqu’on a ce message des dizaines de fois par jour.

Vos résolutions, viennent-elles d’un besoin profond ou  proviennent-elles des messages commerciaux répétés à l’envie par les médias ?

Courrez-vous après une image véhiculée par les médias ou voulez-vous découvrir en quoi vous êtes unique ?

On s’épuise à vouloir coller à une réalité qui n’est pas la sienne, mais qui se propage d’un esprit à l’autre comme des virus !

 

Un des outils de base que l’on apprend à maîtriser en PNL pour débusquer les « bonnes résolutions » est la bonne définition d’un objectif:

7 entonnoirs successifs qui permettent de raffiner le but que l’on vise. En final, vous avez clarifié ce que vous souhaitez réaliser, en sachant précisément quoi faire et comment le faire, en ayant pris contact avec la motivation pour y parvenir, en ayant une vision élargie de l’impact de l’objectif. Les résistances, les excuses et faux prétextes sont alors envolés!


Laisser un commentaire

Detective Privé |
Immobilier 2009 |
LJ DEVELOPPEMENT "L'IMMOB... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Zhōng guó yuán liào - ...
| S.D.E France
| ANTOINE PIYA