L’intelligence relationnelle


Les 7 raisons pour lesquelles les bonnes résolutions de la rentrée partent en fumée…

Ah, la rentrée !

« Cette année, c’est décidé, on se met au sport ».

« Cette année, on ne fera pas comme l’année dernière. Cette fois, c’est sûr je me prends en main »

Parties sur les chapeaux de roues, nos bonnes résolutions passent rarement le cap du trimestre, pourtant, on était motivé…

 

1 – Une idée sympathique, mais pas d’actions concrètes

« Mon travail ne me satisfait pas, je tourne en rond, je vais chercher ce qui me correspond mieux professionnellement » Plusieurs mois plus tard, Sylvie a fait des recherches sur internet, en a discuté avec ses copines, mais rien ne se dégage vraiment pour son avenir et finalement range cette idée dans un tiroir.

C’est un beau projet, ambitieux, mais si vaste que le risque est grand de se perdre avant d’atteindre son but. Un plan d’action, avec des étapes intermédiaires, des actions concrètes et un calendrier sera un bon fil rouge à suivre.

2- Une décision mentale, sans lien avec ce qui compte réellement pour vous

« C’est décidé, je me mets au régime » Le mariage de son amie Céline est dans 2 mois et Fabienne veut absolument rentrer dans cette robe bleue qu’elle a vue en vitrine. Elle ouvre son sachet protéiné, en lorgnant sur la côte de bœuf fumante de son mari. C’est aussi son plat préféré. Mais non, elle a de la volonté, elle y arrivera ! Jour après jour, elle trouvent que les sachets ont de moins en moins de goût, et puis, ce n’est pas grave si de temps en temps, elle chipe un gâteau au petit…Les semaines passent et l’aiguille sur la balance ne bouge pas beaucoup, ça l’énerve. Et les enfants sont particulièrement pénibles en ce moment, sans compter son mari qui s’y met lui aussi…Fabienne se bat contre elle-même et tyrannise tout son monde. La robe bleue, ça ne sera pas pour cette fois.

Qu’est-ce qui est vraiment important pour Fabienne ? Que veut-elle précisément ? Faire un régime n’est pas un but en soi. Rentrer dans une robe n’est pas non plus un but suffisamment mobilisateur pour suivre un régime contraignant. Alors, que souhaite-t-elle ? Se plaire, plaire à son mari, faire sensation le jour du mariage de son amie, soutenir la comparaison avec ses amies ce jour-là, ou ??

Est-ce plus important que d’avoir le plaisir de savourer un bon plat, de la partager avec sa famille dans un climat joyeux ? Ce qui a de l’importance, ce qui a de la valeur pour soi, s’évalue au niveau des tripes et pas de la tête. Connaître ses valeurs de références, c’est connaître les véritables ressorts de sa motivation et de son énergie.

 

3- Je ne veux plus…

« Ça serait bien si j’arrêtais de grignoter en rentrant à la maison le soir » Très bien, c’est un bon début, vous savez ce que vous voulez éliminer. Mais la nature a horreur du vide. Si vous ne grignotez plus, qu’allez-vous faire à la place ? Fumer ? Boire ? Ou passer votre temps à penser qu’il ne faut pas manger ?

C’est là qu’il faut définir ce que vous voulez, bien plus que ce que vous ne voulez plus. Notre ordinateur intérieur est très performant lorsqu’on lui indique clairement la direction. Tel le chauffeur de taxi qui s’enquiert de votre destination, vous avez tout à gagner à lui indiquer où vous voulez aller. Sans quoi, vous risquez de vous retrouver à Cancale, ou Camphin-en-Pévèle !

 

4-  Les freins de notre culture, de notre éducation, de nos vérités

« Il faut toujours que je pense aux autres. C’est à moi de me faire plaisir maintenant » dit-elle en ayant un petit pincement au cœur.

Le pincement au cœur, le petit poids dans le ventre sont des signes auxquels on ne prête parfois pas attention. Pourtant, ils nous signalent que nous ne sommes pas totalement en accord avec ce que nous faisons. D’un côté, on veut ceci et en même temps, il y a cela qui s’y oppose. Ce sont des conflits qui engagent nos désirs et notre éducation par exemple. Alors, on ignore le signal de cette lutte intérieure, et on continue…sans avoir vraiment le peps pour aller jusqu’au bout et la satisfaction finale.

 

5- Les virus de pensée

« Ça doit être bien de faire cela, on en parle partout, à la télé, dans les magazines, Boire son cubi d’eau minérale, prendre ses gélules multi compléments super plus, être riche, belle et célèbre, etc.… » Et surtout consommer pour être heureux, ça doit être vrai, puisqu’on a ce message des dizaines de fois par jour.

Vos résolutions, viennent-elles d’un besoin profond ou  proviennent-elles des messages commerciaux répétés à l’envie par les médias ?

Courrez-vous après une image véhiculée par les médias ou voulez-vous découvrir en quoi vous êtes unique ?

On s’épuise à vouloir coller à une réalité qui n’est pas la sienne, mais qui se propage d’un esprit à l’autre comme des virus !

 

Un des outils de base que l’on apprend à maîtriser en PNL pour débusquer les « bonnes résolutions » est la bonne définition d’un objectif:

7 entonnoirs successifs qui permettent de raffiner le but que l’on vise. En final, vous avez clarifié ce que vous souhaitez réaliser, en sachant précisément quoi faire et comment le faire, en ayant pris contact avec la motivation pour y parvenir, en ayant une vision élargie de l’impact de l’objectif. Les résistances, les excuses et faux prétextes sont alors envolés!


Une certification Praticien PNL à Dijon en Bourgogne Franche-Comte

Envie de donner une nouvelle dimension à votre métier? D’être plus authentique et efficace dans votre manière de communiquer?

Les objectifs de la formation sont:

-Approfondir les règles de communication appliquées aux milieux professionnels.

- Intégrer une méthodologie sûre et souple d’accompagnement individuel qui s’appuie sur des principes éprouvés par l’expérience

- S’approprier les outils de communication et d’accompagnement efficaces avec un groupe
- Développer sa capacité d’influence et son impact professionnel

Une certification Praticien PNL de la Society of NLP est délivrée à l’issue des 12 jours.

Durée et horaires : 4 sessions de 3 journées de 7 heures. 9h – 12h30 / 13h30 – 17h

Dates : 29, 30, 31 Octobre 2010 – 3,4,5, Décembre 2010 – 7 ,8,9 Janvier 2011 – 11,12,13 Février 2011

Tarif préférentiel jusqu’au 15 Aout 2010 et pour les étudiants ou personne en recherche d’emploi.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Plus d’info


Le pouvoir de nos pensées sur les réactions du corps

Des pilules sucrées, des injections de rien : les études montrent, plus souvent qu’on pourrait le croire, que les placebos marchent vraiment. À TEDMED, le magicien Eric Mead fait un tour pour prouver que même quand vous savez que quelque chose n’est pas réel, votre réaction peut être aussi puissante que si elle l’était.

Attention : cette conférence n’est pas recommandée à ceux qui ne supportent pas la vue du sang ou des aiguilles.

des études sur l’effet placebo montrent alors que :

- Plus le cachet est gros…plus il est préssenti comme étant efficace .

- Un comprimé ne marche pas si bien qu’un blanc!

- les gélules sont bien plus efficace que les comprimés ;-) , surtout si la gélule est bicolore, comme avec du rouge et du blanc

…mais rien ne vaut une bonne piqure!
En fonction de ce que la personne pense du médicament, les résultats seront différents… Faites donc attention à vos pensées!

 


L’accompagnement au changement et la Programmation Neurolinguistique PNL (Partie II)

Pour son 3 ème et dernier rendez-vous, je propose à Mr L., une séance d’intégration. Une séance où il n’a rien d’autre à faire que se relaxer…sur un fauteuil, qui, je l’avoue n’a rien de confortable.

Mr L. s’installe donc, se demandant bien ce que je lui réservais cette fois ci. Il avait commencé à s’habituer , dans les séances précédentes, à laisser venir les images et les sensations à chaque fois que je lui posais des question. Mais cette fois -ci, il peut seulement écouter le son de ma voix, écouter les paroles que je lui délivre… ou pas. Il peut garder les yeux ouverts, ou pas. Il peut garder sa tête droite ou la relacher, et son cou habituellement raide, il peut le détendre…ou pas.

Au bout d’une demi-heure de voyage dont seul Mr L connait la destination, il revient au moment présent et me confie qu’il ne s’est jamais senti aussi détendu. Il m’explique qu’il a eu l’impression d’être passé à travers le fauteuil (pourtant si dur) et d’avoir reposé confortablement allongé. Il regarde sous le fauteuil , cherchant une explication , encore surpris de ses sensations.

Je reçois 10 jours plus tard un premier retour sur le travail que nous avons fait. La transformation est radicale. Elle s’entend dans la voix qui est déterminée et dans les actions engagées depuis une semaine pour assurer son avenir.

Quelque chose pourtant me surprend: Mr L, m’annonce son choix de s’engager sur une voie qu’il ne m’avait jamais évoquée auparavant..et pourtant, il regorgeait de pistes à explorer déjà. je suis rassurée, quand, au fil des questions que je lui pose, je comprends qu’il s »tait décidé pour ce vieux rêve, celui  qu’il avait en lui mais qu’il ne se permettait pas de réaliser.

 

Voici son témoignage 6 mois plus tard:

 »J’ai attendu avant de faire ce bilan car je voulais repérer à plus long terme les conséquences de ce travail…Avec le recul, je pense que notre travail m’a donné des éléments pour que, lorsque que je me perds dans mes actions,  je puisse me recentrer, me ressourcer, repartir, continuer ces actions. Ces éléments m’ont permis aujourd’hui de donner du sens aux actions que j’entreprends, de savoir où je vais et comment je peux y parvenir.
Concrètement, je me demandais pourquoi je faisais certaines choses (se lever le matin ou réaliser une tâche), et nos séances m’ont aidé à trouver des motivations car en regardant plus loin, le résultat long terme des tâches on se motive pour atteindre ses buts.

Ce travail m’a permis de constuire une façon de voir les choses, d’analyser une situation, de réfléchir, de savoir ce qui motive à long terme et ensuite de préparer le chemin pour atteindre ce but. Désormais j’arrive à identifier un besoin, à me fixer des objectifs et à concevoir les moyens de les atteindre.
Je me demandais si cette capacité allait s’estomper avec le temps, mais ces changements m’apparaissent stables et ces évolutions de mon comportement face aux choix me paraissent aujoud’hui durables. Lorsque de nouveaux éléments apparaissent (qui m’auraient auparavant destabilisé et auraient remis en question mes choix), j’arrive à les analyser et les intégrer dans ma démarche que j’ai construite pour atteindre le but que je me suis fixé.

Pour terminer je dirais que je me sens moins perdu et dispersé. Désormais j’analyse ma situation et les événements environnants en fonction des objectifs que je me suis fixés et j’intègre les nouvelles choses suivant leur impact sur les résultats attendus. Notre travail à changé ma vision des choses, il m’a aidé a organiser mes tâches pour qu’elles concordent avec mes désirs et cela me rend plus heureux et plus épanouit.

Pour tout cela, un grand merci. »

 

Merci à vous aussi de me faire découvrir tous les jours de nouvelles facettes de l’humanité.

http://www.inspiral-pnlformation.com/


L’accompagnement au changement et la Programmation Neurolinguistique PNL (Partie I)

Une des manières cas, de décrire la PNL et celle-ci : la PNL, ce sont des outils pour les rêveurs (Robert Dilts, Co-développeur de la PNL)

N’avez-vous jamais eu un rêve ? Un rêve si vaste et si ambitieux que vous ne savez pas le décrire précisément et comment faire pour le réaliser. ?

Mr L, vint me voir un jour. Il ne savait plus comment faire. Cela faisait des années, qu’il tournait dans sa tête cette question : « que dois-je faire ? » . Cette question il se la posait pour tout. Il se l’était déjà posé quand il a dû faire son choix d’études. Il avait alors choisi une filière et puis était revenu sur sa décision. En choisissant encore une autre. Et puis revenant encore sur son choix après avoir discuté avec son entourage. Cette question est celle était aussi posée lorsqu’on lui proposa ce job dans cette administration. il avait accepté, quoi que ce ne soit pas exactement dans la droite ligne de ses études. Et puis à présent, il se la posait encore cette question, lorsque son patron lui a proposé un poste pour un autre service. Mais à chaque fois, c’était sans enthousiasme qu’il devait faire un choix. Il avait bien envisagé d’autres possibilités comme, travailler en famille avec son cousin dans l’informatique ou encore reprendre des études… Mais la se posait encore cette question : reprendre des études, d’accord, et pour faire quoi ?

Nous avons donc eu un premier entretien. J’avais besoin de connaître plus précisément, comment il se représentait son futur, quelles étaient les images qui constituaient la vie professionnelle dont il rêvait. À son grand désarroi, aucune des possibilités et des voies qu’il me décrivait ne créaient en lui cet élan, cette profonde conviction que, oui, c’était vraiment cela qu’il voulait faire dans sa vie. Il passait en revue pour la centième fois toutes les orientations qu’il pouvait choisir. Il les connaissait par cœur à force de consulter les brochures et, c’est mécaniquement, qu’il me décrivait les caractéristiques de chacune de ses voies. comme aurait pu le faire un guide pratique de l’orientation.

Si son objectif, en final, était de décider de son avenir professionnel, j’avais pour ma part un objectif intermédiaire qui était de l’amener à ressentir, et non pas rationaliser, sur ce qui est important pour lui dans sa vie. Et c’est là que nous avons découvert ensemble les véritables obstacles. La censure. Mr L, avait pris l’habitude depuis toujours de censurer ses propres envies pour se conformer à ce que son entourage attendait de lui. Cette habitude était si ancrée en lui, qu’il en avait même plus conscience. J’ai donc invité à percevoir sa situation avec de nouvelles perspectives : avec plus de hauteur, avec plus de recul, s’il se met à la place de son entourage, s’il voyait la situation avec l’œil d’un expert…cette simulation, demande d’avoir de l’imagination, une dose de flexibilité, et une dose de curiosité qui permet de voir les choses sous un angle différent.

Première étape réussie. Il comprend de manière limpide à présent, que dans sa tête se mélangeaient les envies de son entourage et ses propres aspirations. Il sait donc maintenant redistribuer l’origine des souhaits et des idées à chacun de ses véritables auteurs. Son esprit est alors plus clair, les idées mieux « rangées » dans sa tête.

…à suivre

http://www.inspiral-pnlformation.com/

 

 


Cultiver l’intelligence rrelationnelle ou l’art de se construire à travers la relation aux autres

intelligenceDans son précédent ouvrage, L Intelligence émotionnelle, le psychologue Daniel Goleman défendait une thèse révolutionnaire : la réussite dépend moins du quotient intellectuel que de la capacité à comprendre, maîtriser et cultiver les émotions qui sont en nous.

 

Ayant largement contribué à populariser ce nouveau concept, Goleman élargit aujourd hui son champ de recherches au domaine de nos relations avec les autres.

Pour quelles raisons deux cerveaux entrent-ils si facilement en relation et en résonance ?

De quelle manière y sommes-nous intrinsèquement prédisposés ?

Quel impact les échanges quotidiens ont-ils sur notre intelligence relationnelle ?

Cet étonnant voyage scientifique à la découverte du « cerveau social » apporte les réponses à ces questions et à de nombreuses autres.En éminent spécialiste et vulgarisateur de talent, Daniel Goleman nous fait pénétrer les arcanes des neurosciences de manière claire et vivante.

Nourri de très nombreux exemples portant sur tous les domaines des relations sociales (professionnel, amical, amoureux…), Cultiver l intelligence relationnelle constitue un guide pratique remarquable pour tous ceux qui aspirent à une meilleure connaissance d eux-mêmes.


Des solutions pour la prochaine révolution en entreprise?

La flexibilité, la faculté de communiquer, de travailler avec l’autre, sont désormais essentielles à la pérennité de l’entreprise et des organisations.
Alors comment développer cette intelligence relationnelle ou managériale ? Et passer à une organisation apprenante qui saura s’adapter à un environnement tous les jours nouveau?


Detective Privé |
Immobilier 2009 |
LJ DEVELOPPEMENT "L'IMMOB... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Zhōng guó yuán liào - ...
| S.D.E France
| ANTOINE PIYA